Doha 2012 : Quel avenir pour Kyoto ?

A l’occasion du numéro de novembre-décembre 2012 de la revue Afrique Environnement Plus, un article a été rédigé par l’association ENERGIES 2050 intitulé : Doha, une conférence en panne d’inspiration… chronique d’une crise climatique annoncée, dont voici le contexte (extrait de l’article) :

Ce numéro d’Afrique Environnement Plus sortira quelques jours après la fin de la Conférence de Doha qui s’est déroulée au Qatar du 26 novembre au 7 décembre 2012. Il sortira également quelques jours avant la fin de l’année 2012 qui restera une année très particulière dans l’histoire de l’humanité. Ainsi, parler des décisions de Doha est aussi et avant tout parler de notre histoire d’hier et d’aujourd’hui et de notre capacité collective à construire une société et un futur plus juste, solidaire et respectueux des ressources naturelles. Chacun d’entre nous, quel que soit son pays d’origine ou sa situation personnelle, sait que Doha n’a pas été à la hauteur des enjeux et des défis. Et pourtant, Doha s’est déroulée dans un contexte international particulier avec des évènements climatiques extrêmes à répétition et une conscience très fine des risques que nos sociétés courent si rien n’est fait pour infléchir à la baisse la trajectoire de nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Chacun connaissait l’histoire passée et la possible histoire future … malgré cela, Doha a visiblement manqué son rendez-vous et la conférence s’est terminée avec plus de questions que de réponses. Il convient pour autant de ne pas baisser les bras car cela serait donner raison aux sceptiques, aux pessimistes, aux égoïstes et aux irresponsables. Comme je l’ai déjà écrit à de nombreuses reprises, l’histoire n’est pas encore terminée et il y a encore d’autres chapitres à écrire. Cet article a été rédigé dans cet esprit. Il n’a pas pour objet de regarder en détail l’ensemble des décisions qui ont été prises ni même des non décisions. Le texte ci-dessous a pour objet de raconter une histoire de ce qu’aurait pu être Doha, de rappeler qu’il s’agit de choses graves et sérieuses et que nous sommes en train d’écrire l’Histoire pour plusieurs siècles à venir. Il se veut une simple contribution pour que chacun n’oublie pas de quoi nous sommes en train de parler. Pour que chacun se réapproprie les enjeux et les défis mais aussi et surtout les opportunités d’action.

Télécharger l’article d’analyse de Stéphane POUFFARY, Fondateur et Président d’Honneur d’ENERGIES 2050 : 

Doha, une conférence en panne d’inspiration… chronique d’une crise climatique annoncée

Afrique Environnement Plus et ENERGIES 2050

En marge de la conférence de Durban qui s’est déroulée fin 2011, ENERGIES 2050 et la revue Afrique Environnement Plus ont décidé d’unir leurs forces pour démultiplier leurs moyens d’actions dans le cadre d’un partenariat. Cet accord concerne la diffusion de connaissances dans l’objectif d’inviter à l’action toute personne intéressée par les questions associées au développement durable, au changement climatique et aux défis énergétiques.

Afrique Environnement Plus a son siège social en république Démocratique du Congo et diffuse ses publications en Afrique Centrale, Occidentale, Australe et dans le Maghreb.

De son côté, ENERGIES 2050 diffuse régulièrement la revue Afrique Environnement Plus dans ses réseaux afin que chacun d’entre nous, qu’il soit du Nord ou du Sud, puisse bénéficier d’autant d’opportunités de connaissances.

Dans le cadre de ce partenariat, ENERGIES 2050 contribue régulièrement aux numéros d’Afrique Environnement Plus.

association ENERGIES 2050 Building with us the opportunities of tomorrow
Envoyer

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?